Accès Rapide
S'identifier

Droit-patrimoine.fr : le site d'information en prise directe avec l'actualité des notaires et professions juridiques. Chaque jour, l'actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d'experts.

Image

Assurance-vie : les bénéficiaires qui agissent en nullité du contrat pour insanité d’esprit du souscripteur sont soumis à la prescription de droit commun

Par DROIT&PATRIMOINE

Par Pauline Pailler, Professeur à l’université de Reims

Le 9 août 1996, un particulier souscrit auprès d’une compagnie d’assurance un contrat d ’assurance-vie désignant comme bénéficiaires ses quatre enfants (le fils à hauteur de 43,75 % et les filles à hauteur de 18,75 % chacune). Après son décès, le frère assigne ses sœurs et l’assureur en déblocage des fonds. En janvier 2006, les sœurs demandent l’annulation du contrat et le versement par l’assureur, à la succession, du capital garanti. La cour d’appel écarte la fin de non-recevoir tirée de la prescription et dit recevable l’action en nullité du contrat. Elle relève à cet effet que l’action a été engagée par les bénéficiaires, personnes distinctes du souscripteur, de sorte que la prescription de 10 ans prévue à l’alinéa 6 de l’article L. 114-1 du Code des assurances est applicable. Mais la première chambre civile rend un arrêt de cassation au visa des articles 489 et 1304, alinéa 1er, du Code civil, le premier dans sa rédaction antérieure à celle issue de la loi n° 2007-308 du 5 mars 2007. Elle retient « qu’exerçant une action en nullité du contrat pour insanité d’esprit du souscripteur, [les sœurs] n’agissaient pas en leur qualité de bénéficiaires du contrat, mais en celle d’ayants droit du souscripteur, de sorte que l’action, qui ne dérivait pas du contrat d’assurance, était soumise à la prescription quinquennale ».
Observations : Le délai de prescription de dix ans applicable en matière de contrat d’assurance-vie ne joue pas si les bénéficiaires agissent en qualité d’ayants droit du souscripteur ; c’est alors la prescription de droit commun qui s’applique.

Cass. 1re civ., 13 juill. 2016, n° 14-27.148




Publié in Droit & Patrimoine l’Hebdo, n° 1067, 5 septembre 2016




TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

Droit & Patrimoine se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à Droit & Patrimoine

Je m'abonne