Accès Rapide
S'identifier
Image

Interprofessionnalité : « Il faut être pionniers ! »

Par PORTMANN ANNE

Paru dans Droit&Patrimoine n°294 - septembre 2019

Le 8 juillet dernier, le Centre de Droit de affaires de l’université Paris V organisait, avec des syndicats des professions du droit et du chiffre, un colloque sur l’interprofessionnalité. Les différents intervenants ont prôné l’ouverture et ont livré leurs retours d’expérience pour inciter à sauter le pas.

Philippe Glaudet, président du Syndicat national des notaires (SNN) et initiateur de cette réflexion sur l’interprofessionnalité le résume clairement, dès le départ : « L’interprofessionnalité et la loi croissance sont des opportunités de développement pour nos professions ». Il a rappelé que pour les institutions notariales, plutôt réticentes à l’interprofessionnalité d’exercice, la prudence est de mise. « Dans la SPE, chacun reste soi-même », a cependant relevé le notaire, soulignant le principe du fonctionnement « en silo » dans ces structures. « Il faut être pionniers », a-t-il exhorté, estimant que les professions devaient saisir cette occasion de se réinventer, malgré l’absence de règles qui devront être construites ensemble.

Denis Raynal, ancien président de l’ACE (Avocats conseils d’entreprise), a souligné l’impérieuse nécessité pour les professions concernées de s’unir pour peser face aux grands acteurs du marché. « Nous devons devenir compétiteurs », a-t-il lancé. C’est Simon de Charentay, Maître de conférences à l’université de Montpellier et également avocat et startupeur, qui a expliqué l’urgence qu’il y avait à l’interprofessionnalité en raison de la mutation des métiers du droit et du chiffre. « Les clients ne sont plus des profanes, soumis au pouvoir de l’État, qui avaient jadis besoin d’un intermédiaire. Nous ne devons plus être des interprètes et des censeurs, mais des accompagnateurs et des stratèges », a-t-il plaidé.

Pierre Berlioz, ancien conseiller de Jean-Jacques Urvoas, qui se présente comme « le porteur » de l’interprofessionnalité, ne cache pas que d’abord sceptique sur la réforme, il a peu à peu été convaincu par son intérêt et son importance. Il estime qu’il appartient aux professions concernées de dégager, en coconstruction, un socle commun de règles pour pouvoir exercer ensemble, le législateur ayant seulement voulu poser les principes et donner les outils d’une collaboration capitalistique ou d’exercice. « Nous devons travailler ensemble à construire ces règles, et le droit souple sera l’instrument privilégié pour cela », a-t-il auguré.

Les premiers à avoir tenté l’aventure, qui donnent un retour d’expérience, identifient un des principaux points d’achoppement : la question du secret professionnel, dont l’intensité diffère selon les professions. « Il est vrai que c’est un frein au travail en commun », a relevé Audrey Chemouli, avocate au sein du cabinet InExtenso, lié à un cabinet d’experts-comptables, qui a cependant rappelé que pour la première fois, la loi prévoyait que le secret professionnel pouvait être levé par le client pour l’exercice de l’activité en commun. Les questions du conflit d’intérêts, ou encore de l’indépendance sont aussi évoquées tandis que les intervenants décrivent leur manière de collaborer avec d’autres professions. « Tout le monde ne sera pas en SPE, certains choisiront la SPFPL, d’autres le réseau » lance Pierre Berlioz. « L’important, c’est de ne pas rester dans son coin à faire son propre métier » martèle Denis Raynal, qui dit se sentir parfois plus proche de certains experts-comptables ou de notaires que d’avocats qui travaillent dans un domaine qui lui est totalement étranger. « Nous devons nous demander ce que cela apporte de plus au client, il faut que 1 +1 = 3 », a soutenu Gaëlle Loinger, CPI exerçant au sein d’une SPE avec des avocats.

TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format