Accès Rapide
S'identifier

Droit-patrimoine.fr : le site d'information en prise directe avec l'actualité des notaires et professions juridiques. Chaque jour, l'actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d'experts.

Image

Si un époux reçoit le quart d’un bien par succession, les trois-quarts restants, achetés pendant le mariage, relèvent du patrimoine final

Par DROIT&PATRIMOINE

Par Cécile Le Gallou, Maître de conférences HDR, Université de Toulouse I Capitole

Un couple marié sous le régime de la participation aux acquêts divorce, mais des difficultés naissent quant à la détermination des patrimoines originaire et final de l’ex-épouse. En effet, pendant le mariage, celle-ci avait reçu un quart d’un bien par succession de son père, puis elle avait ultérieurement acquis les trois-quarts restants. Peu après le prononcé du divorce, elle le vend. La cour d’appel affirme que, selon l’article 1408 du Code civil, l’acquisition faite de la portion d’un bien dont un des époux était propriétaire indivis ne constituant pas un acquêt, elle ne pouvait engendrer aucune créance de participation au profit de l’autre ; c’est donc la valeur de l’intégralité des droits indivis dont l’époux est titulaire sur le bien qui devait être portée à son patrimoine originaire et non à son patrimoine final. Mais la Cour de cassation censure ce raisonnement : en visant les articles 1570 et 1578 du Code civil, elle affirme que « les trois quarts indivis dont [l’ex-épouse] avait fait l’acquisition pendant le mariage ne constituaient pas des biens propres par nature et n’avaient pas été obtenus par succession ou libéralité » ; et, au visa des articles 1572 et 1574 du Code civil, elle indique que « font partie du patrimoine final tous les biens qui appartiennent à l’époux au jour où le régime matrimonial est dissout, estimés d’après leur état à l’époque de la dissolution du régime matrimonial et d’après leur valeur au jour de la liquidation de celui-ci ».
Observations : Le régime de participation aux acquêts suppose de comparer le patrimoine originaire (C. civ., art. 1570) et le patrimoine final (C. civ., art. 1572) de chaque époux afin de déterminer les créances de participation. Ici, les trois-quarts du bien indivis (dont le quart avait été reçu par succession), achetés au cours du mariage, relevait du patrimoine final. Mais le bien entier appartenant au jour de dissolution du régime à l’ex-épouse et ayant été vendu après le divorce, il fallait aussi en tenir compte, mais dans le patrimoine final (C. civ., art. 1572).

Cass. 1re civ., 31 mars 2016, n° 14-24.556, P+B+I


Publié in Droit & Patrimoine l’Hebdo, n° 1053, 25 avril 2016


TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

Droit & Patrimoine se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à Droit & Patrimoine

Je m'abonne