Accès Rapide
S'identifier

L'exequatur et le spectre de la révision au fond

Par Isabelle Ta, docteure en droit de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne

Comme le naturel, la révision au fond, chassée par la porte, reviendrait-elle comme un spectre par la fenêtre ? C’est l’interrogation que pourrait, à la réflexion, inspirer la lecture de deux arrêts rendus par la première chambre civile de la Cour de cassation en date du 15  janvier 2020, rendus en application de l’Accord de coopération en matière de justice du 21  février 1974 entre la France et le Cameroun. Apportant des précisions sur des conditions différentes de l’exequatur de jugements d’adoption , ils peuvent tous deux être appréhendés à l’aune de la prohibition de la révision au fond.

Déjà abonné ? Identifiez-vous. S'identifier
ou découvrez notre offre spéciale d'abonnement

TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format