Accès Rapide
S'identifier

Droit-patrimoine.fr : le site d'information en prise directe avec l'actualité des notaires et professions juridiques. Chaque jour, l'actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d'experts.

Trois questions à David Ambrosiano, président du Conseil supérieur du notariat (CSN)

Par Anne Portmann

La Chancellerie vient de rendre public un rapport de l’Inspection générale de la Justice (IGJ), relative aux instances disciplinaires du droit et du chiffre. La réaction du président de l’instance représentative du notariat.Trois questions à David Ambrosiano, président du Conseil supérieur du notariat (CSN).

Parmi les critiques qui figurent dans ce rapport concernant le dispositif de sanction disciplinaire des notaires, lesquelles vous semblent justifiées ?

Le notariat est très satisfait de ce rapport qui souligne la nécessité d’une réforme que nous appelons de nos vœux depuis deux ans. Les règles qui régissent notre système disciplinaire ont plus de 75 ans et il est devenu très difficile de piloter la discipline de notre profession dans ces conditions. Nous avions émis des propositions à la Chancellerie en ce sens. L’augmentation de plus de 60 % de notaires, avec la création d’offices, rend donc impérative cette réforme. En 1945, compte tenu du nombre de notaires ces règles étaient pertinentes, et les sanctions « morales » avaient un sens. Ce n’est plus le cas aujourd’hui et c’est pour cela que nous militons en outre pour des sanctions financières bien plus dissuasives. 

Le rapport suggère un code et une architecture commune de la discipline des professions du droit pourtant très différentes. Jusqu’où faut-il aller ?

 Il faut remettre ce rapport à sa juste place. Il ne s’agit pour le moment que d’un document destiné à éclairer la Chancellerie. En ce qui concerne le notariat, l’adoption d’un tronc commun de règles partagées par toutes les professions du droit n’est pas gênant, à condition que cela s’arrête là ou commence l’identité propre à chaque profession. D’ailleurs, lorsque l’on examine les règles de déontologie propres à chacune des professions du droit, il est évident qu’il existe beaucoup de points communs. Quant à la proposition de tutelle de la DACS pour l’ensemble des professions, elle ne changera rien pour les notaires qui y sont déjà soumis.

Que pensez-vous du dispositif répressif proposé par le rapport ?

Elle est assez similaire à ce que nous avions proposé à la Chancellerie, tant en ce qui concerne l’infradisciplinaire, pour les manquements les moins graves, géré au sein de la profession, qu’en ce qui concerne le volet judiciaire, devant le tribunal, pour les manquements les plus graves. La clé de répartition des compétences en fonction de la gravité des manquements est intéressante, car elle évitera le télescopage. J’ajoute que l’introduction d’un échelon interrégional me semble une idée pertinente, car elle permettra d’unifier la jurisprudence et de faire remonter les contentieux à un échelon supérieur au niveau local qui a bien peu de matière à traiter puisque, quoiqu’on en dise, les manquements graves restent rares

TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

Droit & Patrimoine se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à Droit & Patrimoine

Je m'abonne