Accès Rapide
S'identifier

Droit-patrimoine.fr : le site d'information en prise directe avec l'actualité des notaires et professions juridiques. Chaque jour, l'actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d'experts.

Image

3 questions à la présidente de Médicys

Par DROIT&PATRIMOINE

Créée en 2015, Médicys, la plateforme de médiation en ligne créée par la Chambre nationale des huissiers de justice en 2015, a été agréée le 16 juin 2016 médiateur des litiges de la consommation. Le point avec la présidente de Médicys, Christine Valès.

D&P : Quel bilan tirez-vous de la première année d’existence de Médicys ?
C. V. : La plateforme Médicys a été ouverte au public le 1er janvier de cette année. Depuis la présentation à la presse en mars 2015, nous avons concentré nos efforts sur la réalisation du dossier à soumettre à la Commission d’évaluation et de contrôle de la médiation de la consommation (CECMC) en vue de l’obtention de l’agrément de médiateur des litiges de la consommation pour notre plateforme, que nous avons obtenu le 16 juin dernier. En parallèle, nous avons fait connaître Médicys auprès des entreprises, à travers leurs fédérations représentatives avec lesquelles nous avons noué des partenariats leur permettant de respecter leurs obligations en matière de consommation. Aujourd’hui, 30 fédérations proposent la plateforme à leurs adhérents, ce qui représente environ 100 000 entreprises. La force de la « méthode Médicys », et c’est l’objet des partenariats, consiste dans la capacité de la plateforme à s’adapter à chaque fédération et à chaque catégorie de litige pour faciliter son utilisation par les consommateurs. Désormais, nous avons comme ambition de faire connaître Médicys aussi bien pour les médiations judiciaires que pour les médiations entre professionnels (BtoB).

D&P : À quoi correspond l’agrément que vient de recevoir la plateforme ?
C. V. : Cet agrément signifie que Médicys répond parfaitement aux critères fixés par les textes européens et français, y compris en termes de formation. Nous sommes autorisés à réaliser des médiations de la consommation et à proposer notre solution à d’autres entreprises ou fédérations. À ce jour, Médicys est le seul médiateur de la consommation multi-sectoriel.

D&P : Combien de consommateurs se sont adressés à Médicys depuis sa création et qui sont les médiateurs ?
C. V. : Avant d’obtenir l’agrément, nous avions choisi de ne pas communiquer particulièrement auprès des consommateurs. Depuis l’obtention de l’agrément, une centaine de demandes de médiations ont été introduites, et environ 50 médiations sont en cours. Pour le moment, les médiateurs de Médicys sont composés uniquement d’huissiers de justice formés à la médiation et, pour les médiateurs de la consommation, aux litiges de la consommation. Nous avons à ce jour environ 80 huissiers de justice médiateurs membres de Médicys et environ 200 huissiers de justice médiateurs formés. Nos chiffres vont donc naturellement augmenter, bien au-delà des litiges de la consommation.

Propos recueillis par Clémentine Delzanno




Interview publiée dans Droit & patrimoine l'hebdo 2016, n° 1064 (11 juillet 2016)

TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

Droit & Patrimoine se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à Droit & Patrimoine

Je m'abonne