Accès Rapide
S'identifier

Droit-patrimoine.fr : le site d'information en prise directe avec l'actualité des notaires et professions juridiques. Chaque jour, l'actualité du droit grâce à nos news, portraits, fiches pratiques et points de vue d'experts.

Image

Le PER, une révolution dans le paysage patrimonial et plus précisément celui de la retraite ?

Par DROIT & PATRIMOINE

Par Olivier Rozenfeld, Président de Fidroit

Pendant de très nombreuses années a plané l’idée de fonds de pension à la française considérant que la mutualisation, la répartition et la solidarité sur lesquelles repose le régime actuel ne suffiront pas au financement des retraites.

Le déséquilibre croissant entre actifs et inactifs, la quasi-impossibilité d’augmenter les taux de cotisation, la difficulté à retarder l’âge de la retraite auront eu raison des réticences des français et de nos élus à la mise en place de régimes de capitalisation.

Le PER doit devenir pour nos gouvernants LA réponse dans la mesure où il a vocation à pouvoir revendiquer tous les avantages associés jusqu’alors aux PERP, loi Madelin, PERCO, art 83, Préfon, Corem…Rien que cela.

Voilà peut-être le fonds de pension à la française.

Cela en fait un millefeuille fiscal difficile à appréhender pour les français. Il faudra faire œuvre de pédagogie pour donner aux futurs souscripteurs toutes les réponses qui leur font encore terriblement défaut.

Cette difficulté n’en est que plus réelle dans la mesure où, certes ces nouvelles formules doivent être alimentées par du numéraire, mais peuvent être le fruit de transfert de formules existantes (PERP, Madelin, Assurance-vie…). Il sera alors nécessaire, dans la mesure où les formules historiques peuvent encore être souscrites, de mener toutes les études chiffrées indispensables à une prise de décision juste. Prenons garde aux campagnes commerciales qui aboutiraient à des pratiques commerciales contestables.

Nous pouvons opposer à ce nouveau plan qu’il est diamétralement opposé au choc de simplification attendu par les consommateurs, les épargnants, les contribuables. Il n’en reste pas moins un nouvel axe de réflexion qui va prendre sa place parmi les solutions à envisager pour préparer l’obtention de revenus différés.

En effet, la formule n’est pas pour déplaire aux français puisque les ingrédients du succès sont là. Sortie en capital, avantage fiscal à l’entrée, sorties anticipées possibles dont le cas de l’achat de la résidence principale, liberté de versements…

À ces avantages certains, les détracteurs objecteront que les fonds investis restent indisponibles jusqu’à l’âge de la retraite. C’est une réalité incontournable mais n’est-ce pas la logique d’un produit retraite ?  Certains continueront à privilégier l’assurance-vie à raison de sa disponibilité alors même que des calculs circonstanciés donneraient avantage aux PER.

Les français, pour beaucoup, hostiles à la grève lorsqu’ils en sont les victimes, sont eux aussi en grève. Oui en grève ! Une analyse économique des patrimoines des français montrent que, pour celles et ceux qui ont la chance d’avoir plus de patrimoine que la moyenne, ils regorgent de liquidités ! La crainte du lendemain, possible, mais aussi et surtout l’absence de rendement des placements actuels (voire négatifs) et le risque que son capital ne soit plus garanti.

Les investisseurs sont en grève. Pour créer de la valeur, plus qu’un seul facteur alors : l’horizon de placement, celui donné par l’âge de la retraite. Les gérants pourront alors accommoder leur approche pour générer de la rentabilité tout en maîtrisant mieux le risque. Rentabilité que n’offrent plus les réponses habituelles, moins encore celles de court terme.

Et puisque la loi prévoit expressément l’obligation faite aux professionnels du conseil d’argumenter la souscription d’un PER, je porte cette idée, à l’inverse, que les professionnels devront répondre d’un manquement vis-à-vis de leurs clients en n’intégrant pas dans leurs analyses le nouvel outil que représente le PER.

TOUTE L’ACTUALITÉ DU DROIT & DE LA GESTION PATRIMONIALE

Bloc-notes { element.images.0.titre }}

Droit au collège

- 212 vues

Le Conseil national des barreaux (CNB), en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse...

abonnez-vous
Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Il semble que vous utilisiez un ad-blocker !

Droit & Patrimoine se finance par la publicité afin de vous offrir un contenu de qualité.

Deux solutions vous sont proposées :

Désactivez votre ad-blocker

Abonnez-vous à Droit & Patrimoine

Je m'abonne